La vie des mille-pattes chilopodes

scolopendre

Les mille-pattes chilopodes se distinguent des diplopodes par trois caractères :

  • Ce sont des prédateurs équipés de crochets à venin appelés forcipules,
  • le nombre de pattes se limite à une paire par segment
  • et leurs organes reproducteurs sont situés à l'extrémité du corps.
Mode de vie

Comme les diplopodes, les chilopodes fuient la lumière et recherchent l'humidité. Il faudra donc les chercher sous les pierres et dans le sol, mais aussi, pour certains, dans les habitations. Chasseurs nocturnes, ils tuent des invertébrés avec leur forcipules. Ces crochets injectent un venin riche en enzymes et en toxines. Les forcipules sont également un moyen de défense complété, chez les géophiles, par la sécrétion d'un liquide toxique au niveau du ventre.

Reproduction
reproduction chez les lithobies

La reproduction a lieu au printemps et se déroule sans fécondation directe. Le mâle dépose son sperme dans un spermatophore formé d'une ou plusieurs membranes. Ce spermatophore est ensuite laissé sur une toile tissée par le mâle ou rarement directement sur le sol (scutigère). Le mâle dirige ensuite la femelle vers la semence en effectuant une "danse". Les lithobies vont un peu plus loin dans les contacts entre mâle et femelle, la femelle récupérant le spermatophore en grimpant sur le dos du mâle.

femelle scolopendre protégeant ses petits

La ponte a lieu quelques semaines après la fécondation et la femelle va protéger les œufs et les jeunes et leur apporter des soins pendant encore près d'un mois. Cas particulier, les lithobies femelles fabriquent avec un mélange de mucus et de terre un cocon (oothèque) dans lequel les œufs seront abandonnés.

Épimorphe ou anamorphe ?

À la naissance, les jeunes chilopodes n'ont pas encore tous leurs organes respiratoires et sensoriels, ils n'ont pas non plus d'organe reproducteur. C'est à la suite d'une série de mues que le jeune deviendra adulte. En ce qui concerne les segments et les pattes, les géophiles et scolopendres ont, dès la naissance, tout leurs segments ( ils sont dits épimorphes) alors que les autres espèces, anamorphes vont commencer leur vie avec un nombre limité de segments et des pattes atrophiées.

Classification et détermination

Les chilopodes sont classés dans 4 ordres que l'on peut séparer par les caractères suivants :

15 paires de pattes 21 à 23 paires de pattes Plus de 25 paires de pattes
- tête aplatie et des pattes courtes et robustes : les Lithobiomorphes (lithobies)
- tête bombée, neuf segments et des pattes longues et fines : les scutigeromorphes (scutigère)
Corps robuste pouvant atteindre les 13 cm : les scolopendromorphes (scolopendres et crytops) Corps fin et très allongé : les géophilomorphes (géophiles)
Principales espèces
chilopodes

La détermination des espèces de lithobiomorphes, ou lithobies, repose sur le nombre est la forme des épines portées à l'extrémité des membres ce qui la rend impossible à l'oeil nu.

Les scutigeromorphes ont un seul représentant, la scutigère véloce (Scutigera coleptrata) commune dans les maisons.

Les scolopendromorphes sont répartis dans deux familles, la famille contenant les scolopendres et celle regroupant les Crytops. Alors que les scolopendres peuvent atteindre 13 cm, les Crytops dont l'allure est proche, ne dépassent pas 4 cm. Le véritable caractère permettant de les distinguer est la présence chez les Crytops d'arêtes dentées sur la face ventrale des pattes terminales et l'absence d'ocelles. Les scolopendres ont quatre ocelles de part et d'autre de la tête et n'ont pas d'arêtes dentées. Cryptops Au final on trouvera la Scolopendre ceinturée (Scolopendra cingulata) dans le Sud de la France, Scolopendra canidens, une plus petite espèce présente en Corse, le Cryptos de Savigy (Cryptos savignyi)(jusqu'à 40 mm), Cryptops trisulcatus (jusqu'à 35 mm), Cryptos parisi (14-21 mm) et Cryptos hortensis (jusqu'à 30 mm)

Les géophilomorphes avec quatre familles sont eux aussi difficiles à déterminer et restent affaire de spécialistes.