La Barlie de Robert ou Orchis à longues bractées sous la loupe.

La Barlie de Robert est une des orchidées les plus communes du Midi. Classée dans le genre Orchis puis Barlia (d'où son nom) elle est aujourd'hui un Himantoglossum tout comme l'Orchis bouc .
Mais si la Barlie est intéressante, c'est surtout parce qu'elle est aussi facile à trouver qu'à observer, ce qui en fait l'espèce idéale pour l'étude des orchidées.

Description

Nom commun : Barlie de Robert, Orchis à longues bractées ou Orchis géant
Nom latin : Himantoglossum robertianum (Barlia robertiana)
Famille : Orchidacées

La Barlie de Robert est une orchidée autrefois protégée devenue ensuite commune sur le pourtour méditerranéen. Ce qui permet de la distinguer facilement est sa précocité (elle fleurit dès le mois de mars), la grande taille de ses épis (20 à 50 cm), dont les fleurs nombreuses (aux couleurs mêlant le violet, le pourpre et le vert) ont l'odeur du lis. On reconnait enfin également la Barlie de Robert à ses larges feuilles ovales, épaisses et brillantes.

Observation des détails de la fleur

Comme la tulipe, la Barlie a une fleur à six divisions, mais, comme vous le voyez, elles sont très spéciales. Approchez-vous de la plante et cueillez une des fleurs de la grappe en prenant bien soin de la détacher avec sa bractée et sans abimer le reste de l'inflorescence.

Une fois cueillie, vous tenez maintenant la fleur par son ovaire entouré d'une longue bractée et terminé par les autres pièces. Comme il est situé au-dessous des sépales et pétales, on dit que l'ovaire est infère. Le rôle de cet organe, femelle, est d'abriter des milliers d'ovules prêts à être fécondés par les grains de pollen d'une autre fleur. Pour cela, la fleur dispose d'une surface dont le rôle est de recevoir le pollen, qui porte le nom de cavité stigmatique. Pour voir cette partie, il faut observer la fleur de face, la cavité stigmatique est la zone triangulaire bordée d'un liseré rose au-dessus de la gorge de la fleur.

Toujours vue de face, la cavité stigmatique est surmontée d'une petite pointe blanche et brillante, la bursicule, point de départ de deux loges fermées en forme d'étamines. Les orchidées ont des étamines formées d'une base aplatie collante (rétinacle protégé dans la bursicule) suivie d'un pédicelle (caudicule) terminé par du pollen agglutiné en forme de massue (pollinie). Dans le cas de la Barlie, il y a deux pollinies soudées à leur base et protégées dans leurs loges au-dessus de la cavité stigmatique. Cette réunion des organes mâles (pollinies) et de la partie femelle porte le nom de gynostème.

Le reste de la fleur reste classique pour une orchidée, 3 sépales et 2 pétales se réunissent pour former un casque au-dessus du gynostème et le dernier pétale plus développé est le labelle. Ce dernier possède un éperon dans lequel s'accumule du nectar.