Une fleur sous la loupe : le romarin, la fleur à abeilles

Description

Commençons par corriger une erreur, le romarin n'est pas une herbe de Provence, car c'est un buisson. On appelle herbes les plantes à tiges molles (ou sans tiges) qui n'ont pas de bois. Cela dit, voyons maintenant pourquoi ce buisson attire autant d'abeilles avec ses fleurs en observant celle-ci de plus près.

Le romarin est un buisson aromatique à feuilles opposées étroites et allongées dont le dessus, vert foncé, se prolonge en dessous laissant apparaitre (en dessous) une ligne claire. Les fleurs, bleues ou blanches, ont des sépales (5) soudés pour former une sorte de clochette à 5 dents (3 derrière et 2 devant) qui contient la base des pétales. Ces derniers, également soudés forment un tube qui se termine par deux lèvres.

La lèvre supérieure laisse apparaitre deux étamines courbées et le bout du pistil. Le reste du pistil est caché et protégé au fond de la corolle et reste attaché au calice de sorte que lorsque la fleur fane après fécondation, elle cède la place au fond de la clochette à un fruit formé de quatre parties soudées (tétrakène). Les fourmis, friandes de ces fruits, les transportent en coupant les clochettes.

Les clés du succès.

Pourquoi le romarin attire-t-il autant les abeilles ? Il y a plusieurs raisons.

  • Première explication : la couleur.

Ses fleurs sont nombreuses et très visibles grâce à la couleur de leurs pétales ainsi que leurs motifs plus sombres.

  • Deuxième raison : le nectar est abondant.

La fleur produit du nectar avec un petit disque nectarifère placé sous le pistil.

  • Troisième raison : le nectar est conservé en attendant l'abeille.

Les pétales, soudés à leur base, forment un tube étanche dans lequel peut s'accumuler le nectar avant le passage de l'abeille.

  • Quatrième raison : sa corolle est confortable.

L'ensemble des pétales se termine par deux lèvres, celle du dessous forme une petite piste d'atterrissage .

Du pollen bien placé ... pour la fleur

Chaque fleur de romarin n'a que deux étamines contenant chacune un seul sac de pollen au lieu de deux. Elles sont situées sous la lèvre supérieure de la corolle et donc inaccessibles pour l'abeille.

L'insecte vient donc pour le nectar et non pour le pollen bien que celui-ci se dépose sur son dos à chacune de ses visites. L'extrémité du pistil, également sous la même lèvre, reçoit le pollen et assure le succès de la fécondation.


La fleur vue sous un autre angle

Le but de la fleur : que son pistil reçoive du pollen d'une autre plante (romarin) afin de se reproduire.

Pour y parvenir, elle doit faire appel à des transporteurs : les abeilles par exemple.

Elle les attire en offrant

  • une nourriture abondante et de qualité, le nectar produit par les disques nectarifères
  • un restaurant confortable, avec piste d'atterrissage intégrée
  • une enseigne très visible par la couleur des pétales et le nombre très important de fleurs

En échange de tous ces services : une « addition » de pollen est déposée sur le dos des insectes à leur entrée et sortie du restaurant et une réception aussi discrète du pollen se fait par le bout du pistil à l'entrée de la fleur !