Le mystère des feuilles qui tombent

couleurs d'automne
sur les feuilles d'érable

Comme une tradition immuable, chaque automne s’accompagne chez de nombreuses plantes par un changement de couleur suivi de la chute des feuilles. Mais que se passe-t-il vraiment dans une feuille, quels avantages peut bien trouver la plante dans cette perte ?

Pourquoi dès que l’été s’achève, certains arbres changent-ils de couleur ?

Naturellement, les arbres à feuilles caduques se dépouillent entièrement chaque automne. Plus d’organes pour respirer Plus rien pour capter l’énergie Plus de nourriture Et pourtant, les arbres ne sont pas morts pour autant. Leur milieu et la logique implacable de l’évolution les contraignent à s’adapter pour survivre.

Toutes les plantes perdent leurs feuilles.
Une plante annuelle,
la ptérothèque de Nîmes

La chute des feuilles ne concerne pas exclusivement les végétaux à feuillage caduc, on la retrouve chez les espèces à feuillage persistant et même chez les petites plantes vivaces ou annuelles.

Une feuille ayant une durée de vie n’excédant pas 6 ans (en moyenne) chez les espèces à feuillage persistant, ces dernières sont concernées comme les autres. Les plantes annuelles vont encore plus loin puisque c’est la plante entière qui va mourir après la floraison.

Ce que l’on voit au début...

On a tous remarqué le changement de couleur qui précède la chute des feuilles. Certaines espèces passent du vert au jeune ou au rouge, d’autres virent au marron. Une chose est claire, la couleur verte disparait.

...Et ce qui se passe.

À l’intérieur de la feuille se trouve un ensemble de pigment orange, jaune masqué par la couleur dominante verte de la chlorophylle. Comme un mur dont la couleur s’écaille laissant apparaître les anciennes couches de peinture, la feuille perd sa chlorophylle... de l’intérieur.

À la disparition des pigments verts, peut s’ajouter l’apparition de nouvelles substances colorantes (rouge, rose), se superposant aux couleurs restantes. Ces phénomènes sont accompagnés d'autres changements au niveau des cellules dont les parois perdent leur étanchéité. Certaines substances ayant un pouvoir destructeur, jusqu’alors isolées, sont libérées, amplifiant la destruction de l'intérieur de la feuille ce qui va provoquer une diminution de la respiration et la destruction des cellules contenant la chlorophylle (chloroplastes). Schématiquement, la feuille se “désintègre ” de l’intérieur en petits morceaux.

couleurs d'automne
chez le chêne
Facteurs déclencheurs

Qu'est-ce qui provoque ce changement saisonnier ? La réponse n’est pas simple. De nombreuses expériences ont montré que le déclenchement de la chute des feuilles va différer d’une espèce à une autre. Chez les annuelles, il semble que ce soit la floraison et la distribution d'un maximum d'éléments nutritifs vers les fleurs et fruits aux dépens des feuilles qui lancent l’arrêt de mort de la plante entière. Plus généralement, ce sont des hormones (en plus ou en moins) qui amorcent le processus de la chute foliaire.

La chute

La chute de la feuille est la dernière étape de leur vieillissement (la sénescence). Elle est précédée par la formation d'un bouchon de liège coupant la circulation entre la plante et la feuille. Son rôle est également de barrer l’entrée de maladie et d'empêcher la perte d’eau au moment de la séparation. Le vent fait le reste.

Le spartier perd
ses feuilles en été
Avantages de la perte des feuilles

- Pour la plante.

La chute des feuilles ou la mort d’une plante annuelle n’est pas une perte sèche. Les petites molécules produites au cours du changement de couleur de la feuille migrent à l’intérieur de la plante et vont partir vers 3 zones : les graines contenues dans les fruits encore sur la plante, les bourgeons et les rayons ligneux du bois.
Les plantes annuelles donnent ses réservent supplémentaires à leurs graines favorisant ainsi la survie de l’espèce. La mort de la plante qui s’en suit fait éviter à la plante une saison qui l’aurait condamnée en raison du froid ou de la sécheresse.
>Les plantes vivaces redistribuent plus largement leurs molécules nouvelles vers des zones qui favoriseront, en plus de la survie des graines, la repousse de nouvelles tiges et feuilles au printemps.
Le feuillage caduc est particulièrement répandu chez les espèces vivant dans les milieux où le gel est une constante en hiver. Dans ce cas la préparation à la perte des feuilles permet d’éviter à la plante de se retrouver avec un sol gelé où l'eau ne circule plus. Ce scénario catastrophe provoquerait, au mieux de gros dégâts et au pire, la mort du végétal et une chute des feuilles vertes. On trouve également des espèces perdant leurs feuilles en été chez certaines vivaces Méditerranéennes comme le Spartier appelé aussi Genêt d'Espagne. Dans ce cas, il s'agit, pour la plante, de limiter ses besoins en eau en été.

Les plantes ont la capacité de concentrer les substances pour leur organisme dans des poches liquides des cellules foliaires appelées vacuoles. La chute des feuilles permet à la plante d’éliminer ses composants et redémarrer avec de nouvelles feuilles prêtes à concentrer de nouveaux déchets. En perdant ses feuilles, la plante jette en quelque sorte ses poubelles.

- Pour l’écosystème

Feuilles et plantes annuelles mortes rejoignent la litière et nourrissent les êtres vivants décomposeurs qui transformeront le tout en humus puis en sels minéraux pour les plantes.

La chute des feuilles fait donc partie des moyens dont dispose la plante pour s'adapter à des conditions climatiques rendant l'eau indisponible (gel ou sécheresse). Elle permet également d'éliminer des substances toxiques concentrées au fil des mois dans le feuillage. Enfin, elle participe à l'équilibre des écosystèmes en redistribuant une partie de ce qui a été puisé dans le sol.

En guise de conclusion.